Cette année, je fais la Fête de l’Humanité à Berlin

Jetzt geht’s wieder los! C’est reparti pour un tour !

Après quelques réflexions et quasiment une année d’absence, j’ai décidé de me remettre à écrire. Que s’est-il donc passé depuis la publication de mon article sur le sexisme à la Fête de l’Huma ? Tout d’abord, quelques mois plus tard, en novembre, j’ai rejoint un nouveau parti politique, Nouvelle Donne. C’est un parti plein d’enthousiasme, de volonté, d’idées nouvelles. Un véritable souffle d’air frais.

Et surtout, en janvier, je suis partie. J’ai déménagé. À Berlin. Pourquoi Berlin ? Tout simplement parce que c’est une ville libre. Une ville dont l’espace est plus libre, l’air aussi, mais surtout dont les citoyens sont plus libres de vivre ce qu’ils veulent et comme ils veulent, et bien plus libres qu’à Paris d’aller où ils veulent, de s’habiller comme ils veulent. Surtout les citoyennes, d’ailleurs.

Hop ! Encore un de ces jolis sous-bocks.

Hop ! Encore un joli sous-bock.

Oui, j’en reviens au sexisme ordinaire : j’avais mentionné, notamment, dans mon article, ces sous-bocks antisexistes qui protègent les comptoirs de certains bars de la capitale allemande. J’y reviens car c’est un poids qui s’est envolé depuis que je suis arrivée ici. J’avais déjà remarqué dans mes escapades berlinoises précédentes que le harcèlement de rue existait moins à Berlin, ce qui m’avait en partie fait prendre conscience de la gravité du phénomène à Paris. Et je ne suis pas, bien entendu, la seule à l’avoir remarqué : cette blogueuse, par exemple, avait déjà écrit quelque chose dessus.

À propos de sexisme ordinaire, beaucoup de choses ont été faites cette année. Le Projet Crocodiles a connu beaucoup plus d’écho, l’article de Jack Parker a fait un tabac, le collectif Stop harcèlement de rue a été créé, et une amie a commencé à mettre en place un projet contre le harcèlement dans le métro.

Voilà donc une année que j’avais donné ma petite contribution à ce mouvement qui s’efforce, jour après jour, d’ouvrir les yeux des autres sur ce phénomène et ces comportements proprement insupportables. Et revoilà donc la Fête de l’Humanité qui pointe le bout de son nez. L’année dernière, un des lecteurs de mon post de blog m’avait dit l’avoir relayé auprès de la direction de la Fête. Peut être que, cette année, quelques efforts seront entrepris. Peut-être que l’antisexisme trouvera son terrain expérimental dans le parc de la Courneuve. J’espère que, ne serait-ce qu’une fois, si l’un des festivaliers est témoin de harcèlement, quelque part entre l’avenue Rosa Parks et l’avenue Clara Zetkin, il aura la présence d’esprit d’intervenir.

Le Tempelhofer Feld

Le Tempelhofer Feld : parties de foot, cerfs-volants et barbecue sur les anciennes pistes d’atterrissage

Et voilà une année que je n’ai rien écrit de nouveau. Par peur de m’enfermer moi-même dans un thème, par fainéantise, par manque de temps : il y a toujours beaucoup de raisons de laisser un blog en stand-by. Mais j’ai décidé de m’y remettre. Pas pour lancer un énième blog d’une « expat » qui raconte sa vie à Berlin, non. J’écrirai bien sûr un peu de ce que je vois, de ce que j’entends, de ce que je découvre ici, il s’y passe tant de choses. Mais j’ai surtout envie de profiter de mon exil outre-rhin pour élargir mon horizon. Pour moi, dans l’actualité du moment, il n’y a pas que le gouvernement Valls II et la nomination d’Emmanuel Macron à l’Économie. Il y a aussi la démission de Klaus Wowereit, maire de Berlin, embourbé dans la construction d’un aéroport international dont l’ouverture est constamment retardée et qui creuse le déficit de la ville. Il n’y a pas que la montée inquiétante du Front National, il y a également celle de l’Alternative für Deutschland (AfD), un parti eurosceptique de droite populiste. Et le 25 mai dernier, il n’y avait pas seulement les élections européennes, il y avait aussi un référendum pour savoir si l’espace de l’ancien aéroport de Tempelhof, utilisé par tous les berlinois pour des balades ou des barbecues, des parties de foot ou de cerf-volant, des manifestations ou des concerts (bref, là où aurait lieu la Fête de l’Humanité si elle s’exportait à Berlin), allait être en partie construit. Partir habiter à l’étranger permet de voir l’actualité d’un autre oeil, et j’ai envie de vous faire profiter de ce point de vue. Qui ne sera pas non plus celui du correspondant d’un grand journal. Ce sera le mien, et j’espère qu’il vous intéressera.

Et ça c’est juste pour le plaisir …

Cover de « I’m a believer » par Nina Hagen

Publicités

Même à la Fête de l’Huma, le sexisme est ordinaire

« Hé mad’moiselle ! C’est combien ? » . Il est 18h30, le samedi 14 septembre au Parc Départemental de la Courneuve. Je suis arrivée à 13 heures pour ce deuxième jour de la Fête de l’Humanité, et j’en suis déjà  à une quinzaine de remarques du genre au compteur.

La journée de la robe

o-ROSEA-LAKE-facebookC’est qu’il faut croire qu’il est interdit de porter une robe à la Fête de l’Huma – surtout, apparemment, si elle est accompagnée de chaussures à talons. Sous peine, justement, de récolter ce que le machisme a fait de meilleur. Le long des avenues aux noms éloquents – Stéphane Hessel, Rosa Parks, Jean Jaurès, Danielle Mitterrand ou encore Hugo Chavez -, les interpellations s’accumulent, de plus en plus élégantes au fur et à mesure que la journée passe et que les verres se vident. Le comble étant de faire traiter de « belle salope » en plein milieu de l’avenue Clara Zetkin, députée allemande de la Ligue Spartakiste et brillante militante féministe  à l’initiative de la Journée Internationale des Droits des Femmes. Au mieux, cela tient de l’ironie; au pire, du profond dégoût. Et cela ne fait que renforcer le constat quotidien du sexisme ordinaire.

Le sexisme ordinaire, le sexisme de rue, tout le monde y assiste chaque jour. Il suffit de se promener un samedi après-midi dans un quartier bondé, particulièrement en été quand les jambes se découvrent, pour se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un phénomène isolé. N’importe quelle fille lâchée en ville se retrouve la cible potentielle de commentaires et d’interpellations, allant du plus banal – le classique sifflement – au plus odieux – « viande à viol », par exemple. Le magnifique Tumblr Paye ta Shnek, qui recense le fleuron des « tentatives de séduction en milieu urbain », et qui permet au passage de se défouler sur la toile après une journée à battre le pavé, montre bien l’ampleur de ce phénomène.  Il avait même eu un certain écho dans les médias à la sortie de « Femme de la rue », le film documentaire de Sofie Peeters dans lequel la réalisatrice se promène en caméra cachée dans les rue de Bruxelles pour enregistrer les commentaires sexistes qu’elle recueille à son passage.

521438_430176817077144_122015661_n

Exemple choisi parmi tant d’autres des citations recensées sur « Paye ta Shnek »

Et pourtant, tout le monde – ou presque – y est aveugle. Ou refuse de le voir, et comme dit le dicton, il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. En témoigne ce journaliste amateur qui nous avait posé quelques questions lors de la SlutWalk de 2011 à Paris, et qui lui-même nous avait avoué ne jamais s’être demandé pourquoi certaines de ses amies se changeaient avant de rentrer chez elles à la fin d’une soirée, ou pourquoi d’autres  demandaient à un ami de les raccompagner chez elles lorsqu’elles rentraient tard. Et il n’est pas seul : on ne compte plus le nombre d’amis ou de connaissances qui s’étonnent constamment des anecdotes que nous pouvons raconter. Et parfois même qui minimisent le phénomène, si récurrent et si naturel qu’il est devenu à leurs yeux.

Le principe est pourtant simple : je m’habille comme je veux m’habiller, et personne n’a le droit de m’interdire, par un ordre exprès ou par un comportement culpabilisant, une tenue particulière. La revendication peut paraître évidente pour nombre de personnes, politisées ou non, camarades ou non. Y compris pour une bonne partie des militants de gauche dont la défense des droits des femmes et de l’égalité sont inscrites dans l’ADN politique. D’où peut-être d’ailleurs cet aveuglement dont je parlais plus tôt. Mais, comme le montre l’exposé accablant du sexisme ordinaire, elle est loin d’aller de soi dans la jungle urbaine de l’asphalte et du zinc. Absurde même pour certains, comme pour ce policier canadien qui expliquait à des étudiant-e-s que si les femmes ne voulaient pas être agressées, elles n’avaient qu’à ne pas s’habiller comme des salopes. Ce triste exemple a néanmoins conduit à la vague mondiale des SlutWalk, ces « marches des salopes » où nous revendiquions notre liberté de pouvoir nous habiller comme nous le souhaitons, sans jugements, sans commentaires et sans risques pour notre intégrité physique.

La bulle féministe n’existe pas

Et s’il y a un endroit où les femmes devraient pouvoir revendiquer ce droit et cette liberté de s’habiller comme bon leur semble, c’est bien au coeur de la slut4-879796c5cgauche combattante, chez ceux qui descendent dans la rue le 8 mars et qui présentent des listes paritaires aux élections : dans l’éphémère Karl-Marx-Ville qui remplit chaque année le Parc Départemental de la Courneuve des stands des partis de la gauche radicale française et du monde entier, bref, à la Fête de l’Humanité. Un endroit où plus d’une association féministe tient un stand, où des débats sont organisés et des tracts en faveur des droits des femmes distribués. D’où un choc d’autant plus rude au fil de la journée, où l’on se dit que l’on est nulle part à l’abri de ces remarques. De nombreux amis étaient d’ailleurs atterrés au récit que je leur ai fait, excédée, à la fin de la journée.

Le constat est donc simple et désolant. Si la Fête de l’Humanité est une bulle où bon nombre de valeurs de gauche qui animent nos combats tout au long de l’année – par exemple l’antilibéralisme, le pacifisme, l’écologie, l’antiracisme – trouvent une application concrète et directe, il n’en va pas de même pour le féminisme. Pourquoi un « Toi t’es bonne » n’entraîne aucune vague d’indignation dans la foule de ceux qui parcourent les allées de la Fête ? Alors qu’une insulte homophobe provoque immédiatement l’ire des témoins présents. Certes, j’anticipe la réponse, la Fête de l’Humanité n’est pas uniquement un lieu de rassemblement politique : nombreux sont ceux qui y viennent pour les concerts, pour l’ambiance – tout simplement pour faire la fête. Mais, au contraire des autres festivals, la Fête de l’Humanité compte un public militant qui ne se compte pas sur les doigts de la main. Et, avant tout et surtout, rien ne justifie de tels comportements, ici comme ailleurs.

Un terrain expérimental pour la solidarité antisexiste

phoca_thumb_l_antisexistische bierdeckel 1

 » – Mais fiche moi la paix !
– Waow, quel tempérament !
– Toi, mon pote, tu restes encore cinq minutes »

Un constat, si simple soit-il, appelle des réactions. Répondre à ces insultes par un « mêle-toi de tes affaires » ou par un « connard » bien senti ne suffit pas. Bien des mesures – qui ne coûtent rien – peuvent être prises par les organisateurs de la Fête. Pourquoi, par exemple, ne pas utiliser le support papier que représente la vignette d’entrée à la Fête pour imprimer un code de conduite des festivaliers, qui attirerait notamment l’attention sur le caractère inacceptable des commentaires sexistes et des interpellations insultantes. Une autre idée me vient directement de Berlin où, dans certains bars alternatifs, les pintes de bière sont posées sur des sous-bocks antisexistes sur lesquels sont dessinées des scènes de sexisme ordinaire auxquelles un témoin réagit. Autour de l’image, des conseils en cas de situation sexiste ou d’agression : rendre public, demander de l’aide, crier au feu, appeler la police, frapper, etc. Au dos, un texte explique notamment que nous « facilitons la tâche aux auteurs [d’agressions] en considérant trop souvent les relations entre hommes et femmes comme des choses privées », qu’il faut parfois « oser demander si la femme se sent harcelée » , tout en reconnaissant qu' »intervenir peut être stressant ou pénible ». Chaque année, on découvre avec joie les nouveaux dessins imprimés sur les verres réutilisables et consignés de la Fête de l’Huma. Pourquoi ne pas s’inspirer de ces sous-bocks antisexistes et de diffuser un message féministe sur ces fameux verres en plastique ?

Last but not least, la responsabilité incombe également, comme tout le temps et partout, à chacun et chacune d’entre nous. Mais, et encore une fois parce que la Fête de l’Humanité est (aussi) un festival dont une partie du public est sensibilisée au combat politique et notamment à la lutte pour les droits des femmes et pour l’égalité des sexes, cette prise de responsabilité est encore plus nécessaire en ce lieu. Car si l’on ne peut imposer à personne, au milieu d’une rue déserte ou d’une rame de métro vide, d’avoir le courage de s’opposer seul aux agressions verbales ou parfois physiques, on pourrait exiger de tous et de toutes d’être vigilant sur les allées de la Fête. Il serait tellement simple, lorsque l’on entend des interpellations sexistes sur les allées de la Fête, de répondre haut et fort à leurs auteurs que leurs propos sont décalés, insultants, et que rien ne justifie de tels comportements. D’autant plus que, la plupart du temps, ils ne semblent absolument pas en avoir conscience. Pour une force politique comme la nôtre à laquelle l’éducation populaire tient tant à coeur, voilà un beau terrain expérimental pour la solidarité antisexiste.

Histoire d’éviter que la Fête de l’Humanité ne soit seulement celle d’une moitié de l’humanité.