Ce n’est qu’un premier tour

Voilà maintenant un peu plus de vingt-quatre heures que les résultats officiels du premier tour des élections législatives sont tombés. Me voilà donc de retour sur mon blog, après une campagne pour les élections législatives haute en couleurs, riche en émotions mais aussi dure à bien des égards. Pour mettre ses idées au clair, rien de mieux que d’écrire : voilà ce que je fais, pour remettre un peu d’ordre dans tout ça.

Un bon coup sur la tête

Inutile de mentir : dimanche soir, comme beaucoup de mes camarades (enfin, j’imagine), j’ai pris un bon coup sur la tête. Je n’irai pas jusqu’à parler de douche froide – je m’en expliquerai plus tard – mais le coup a été rude. J’étais à Hénin-Beaumont, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, et tous les résultats tombaient, les uns après les autres. Tout d’abord les résultats qui concernaient la campagne que nous avons mené sur cette circonscription : celle de Jean-Luc Mélenchon, qui malgré notre lutte acharnée n’a pas pu atteindre le second tour pour affronter le diable de confort fasciste qui verrouille tout le système électoral, j’ai nommé Mme Le Pen. Ce résultat a bien sûr été dur pour beaucoup d’entre nous, compte tenu du faible écart de voix entre le candidat arrivé en deuxième position, le maire de Carvin, M. Kemel.

Ce sont ensuite tous les autres résultats qui nous sont parvenus. Ceux de nos camarades du Parti de Gauche, comme Martine Billard, députée sortante et exemplaire à l’Assemblée, qui est arrivée en troisième position dans la 5e circonscription de Paris, derrière même Benjamin Lancar, président des Jeunes Populaires qui comparait la campagne de Nicolas Sarkozy à un rail de coke. Mais bien sur aussi les résultats de nos camarades communistes, qui nous ont fait l’effet d’un véritable coup de massue : en Seine-Saint-Denis, dans le Val de Marne, dans tous les bastions historiques de la ceinture rouge, des députés sortants communistes ont été dépassés par les candidats socialistes présentés contre eux, comme Jean-Pierre Brard, député du 93 qui s’était brillamment battu contre la réforme des retraites en 2010. Nous avons eu peur un instant en ce qui concernait notre camarade Marie-George Buffet, mais cette députée qui s’est battue pour les droits des femmes ou l’autonomie des jeunessera bien présente au second tour et, nous le pensons, à l’Assemblée Nationale après le 17 juin prochain. Bref, à la fin de la soirée, nous savions que nous avions perdu de nombreux-ses député-e-s, et beaucoup de voix par rapport aux élections présidentielles d’avril dernier.

Nous sommes toujours le recours à gauche

Mais, malgré tout cela, le score du Front de Gauche est une bonne nouvelle. Pourquoi donc ? C’est simple : par rapport au score obtenu par le Parti Communiste Français aux élections législatives de 2007, celui de dimanche est en progression de 61%. En 2007, les communistes atteignaient 4,29% des suffrages exprimés : aujourd’hui, le Front de Gauche obtient 6,94% des voix. C’est donc une nette progression qui confirme ce que nous pensions au soir du premier tour des élections présidentielles. Oui, une nouvelle force est née à gauche. Le Front de Gauche est la deuxième force politique de gauche dans ce pays, devant Europe-Écologie Les Verts qui pourtant se targuait de son accord avec le PS, stratégie que nombre de médiacrates ont pensé qu’elle nous aurait également convenu. Autonomes et conquérants, nous recueillons plus de voix que nombre de candidats écologistes qui avaient mis nombre de leurs convictions au placard pour pouvoir mener la course sous les couleurs du Parti Socialiste.

La carte des résultats le montre aussi : les quelques 1,7 millions de voix qui se sont portés sur les candidats du Front de Gauche au premier tour des élections législatives se répartissent sur l’ensemble du territoire. Le Front de Gauche n’est donc pas une force politique concentrée sur quelques bastions mais un recours à gauche dont les idées progressent dans toute la France. Nous avons vocation à être majoritaires un jour dans ce pays, à appliquer des solutions qui sortent le peuple de l’austérité ordinaire et de l’absence de pain quotidien. Même si, dans la majorité des circonscriptions, le score du Front de Gauche est en recul par rapport à celui de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, c’est dans tout le pays que nos idées sont entendues et partagées. Et cela tombe bien, les élections législatives sont une élection nationale.

L’aberration démocratique de la Ve République

… Enfin, une élection qui devrait être nationale. Car si, malgré la progression de 60% du score telle que je l’ai évoquée plus haut, nous perdons des députés, c’est en raison du mode de scrutin. Avec les 6,94% du Front de Gauche, si le scrutin avait été proportionnel comme nous le proposons depuis longtemps, les 1,7 millions d’électeurs qui ont voté pour nos candidats seraient représentés par 40 députés. 40 députés, alors que nous risquons de n’en avoir que dix ! C’est bien l’aberration démocratique de la Ve République dans toute sa splendeur qui se montre ici, la même que nous dénonçons lorsque nous proposons dans notre programme « L’humain d’abord » une VIe République plus démocratique. Parce que la démocratie a besoin de la diversité politique pour vivre, parce qu’elle ne peut se réaliser pleinement que lorsque le peuple est réellement représenté à l’Assemblée. Couplé à l’inversion du calendrier électoral adoptée en même temps que le principe du quinquennat et qui consiste à élire le Président avant les députés, ce mode de scrutin nous a donc été fortement défavorable. Avec comme seul slogan de campagne « Donnons une majorité au changement » (en fait, au Président), le Parti Socialiste fait enregistrer par ses électeurs l’élection de François Hollande, et rien de plus.

Le constat que nous faisons alors est simple : la France est en danger démocratique. Car dimanche, c’est un record d’abstention pour les élections législatives qui a été battu : 42,77% des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes. Ce taux extrêmement élevé caractérise bien la présidentialisation du régime, qui fait que les citoyens considèrent qu’une fois le Président élu, leurs députés élus ne seront que des godillots enfermés dans une chambre d’enregistrement – et, au vu du mandat de Nicolas Sarkozy, ils n’ont pas tort. Ce taux d’abstention lui-même nous a été fortement défavorable. Car ce sont les classes populaires qui s’abstiennent, et que le Front de Gauche avait réalisé aux élections présidentielles une forte percée dans les quartiers populaires. L’exemple des quartiers Nord de Marseille est sans appel : la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône, dans laquelle Jean-Luc Mélenchon recueillait plus de 18% des suffrages, voit le score du Front de Gauche baisser à 11%, tandis que l’abstention atteint 47% des électeurs inscrits. Les classes populaires ne sont pas allées voter, c’est la démocratie qui en pâtit, ainsi que la gauche radicale que nous incarnons.

À propos du Pas-de-Calais

Après ce rapide tour d’horizon des résultats du Front de Gauche, je voudrais me pencher, l’espace de quelques lignes, sur ce qu’il s’est passé dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, où Jean-Luc Mélenchon était candidat contre Marine Le Pen et le Parti Socialiste local, autrement appelé « Rose Mafia ». Au soir du premier tour, les commentaires politico-médiatiques se sont déchaînés : Mélenchon aurait été « battu sèchement » par Marine Le Pen, il aurait subi une « cuisante défaite », etc. En regardant les résultats d’un peu plus près, on se rend compte que Marine Le Pen mobilise peu ou prou le même nombre de voix qu’au premier tour de la présidentielle, alors que Mélenchon en gagne près de mille. Le candidat socialiste, lui, en perd près de 8 000. La force politique qui a le plus progressé en nombre de voix est donc encore une fois le Front de Gauche, qui montre que ses idées progressent. Mais, encore une fois, l’abstention a joué un mauvais tour, car le même nombre de voix accordées au Front National lui donnent un score de 43% contre 31% aux présidentielles. Alors que Jean-Luc Mélenchon progresse, lui, en termes de score, en passant de 15% à 21,5%. Que ce soit une défaite, certes. Mais il s’agit d’une lutte politique sur le long terme, pas d’une dispute entre collégiens : que les médias arrêtent donc de parler de « ridiculisation » ou d' »humiliation », ce sont des termes qui n’ont aucun sens en politique !

La cité minière de Libercourt

D’autant plus que les mêmes médias oublient complètement de mentionner, dans leurs articles illustrés de photos montrant la mine radieuse de Mme Le Pen, les méthodes employées pendant le Front National pendant cette campagne. Plus un mot sur les faux tracts montrant Mélenchon en Hitler, ou sur les tracts mensongers cherchant à accuser le Front de Gauche d' »immigrationnisme fou ». Si notre défaite relative se transforme en échec cuisant, la campagne de caniveau du Front National se transforme en victoire méritée, et ce sont les propos de Marine Le Pen accusant notre campagne d’être « bruyante et méprisante » qui sont relayés. Vendredi dernier, avec des camarades, j’ai fait dix heures de porte-à-porte dans la cité minière de Libercourt. Dans chaque maison, nous entendions que cela faisait vingt ans que la politique n’était pas venue frapper à leur porte, et l’accueil était des plus chaleureux. Mais bien sûr, aucun média n’ira relayer cette campagne-là. De même que les médias prétendent que le Front National se stabilise au niveau national tandis que le Front de Gauche « plonge », alors que le Front de Gauche perd 2 191 630 voix, et le Front National 2 894 763. C’est fou ce qu’ils peuvent inventer pour nous minorer.

Encore heureux pour nous, malgré tous les coups que nous avons essuyés, nous pensons que ce qui ne tue pas rend plus fort. La bataille politique que nous avons entamé n’en est qu’à ses débuts, et nous avons une réserve de courage assez importante pour lutter inlassablement le combat contre l’extrême-droite. Aujourd’hui, la phrase prononcée par Jean-Luc Mélenchon lors du rassemblement militant de fin de campagne samedi dernier trouve un écho particulier : « On ne mène pas un combat pour gagner, mais parce qu’il est juste de le mener ».

4 réflexions au sujet de « Ce n’est qu’un premier tour »

  1. Voila ma belle tu l’as dit et j’adhère totalement.
    Dans les causes, tu oublie me semble t’il le redécoupage Marleix, qui tue Marie Hélene Amiable pour quelque voix…qui fait passer Kémel pour quelques voix(sa commune était hors circonscriptions avant) qui bricole presque toutes les circos pour une bipolarisation assumée par UMP et PS…
    Tu vois je prends soins de ne pas parler le Pen dans le texte.(UMPS)
    Quand aux circos des Français de l’étranger à quoi cela sert il, ils ne votaient pas avant dans les ambassades et les consulats??
    Nous sommes dans le cadre d’un coup d’état progressif, assumé là encore par l’un et l’autre.
    Maintenant il faut que nous aidions ces gens à Hénin Beaumont et ailleurs qui ne voyaient plus de « Politiques s’intéresser à eux » depuis si longtemps, à comprendre qu’en sortant de chez eux les jours d’élection, c’est entre leurs mains qu’est leur Avenir!

  2. Ping : Ils ne nous enterreront pas ! « Le blog de Thomas Lépinay

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s